Le consentement sexuel : une affaire de respect mutuel


Tu es avec un copain / une copine depuis quelques semaines / mois et tu voudrais aller plus loin ? Tu ressens de l’attirance pour une personne et tu aimerais avoir des relations intimes ? Parce qu’avoir des rapports sexuels doit rester un plaisir pour les partenaires, chacun doit donner son accord. Sans consentement pas de relation physique ! Entre peur, timidité, gêne, excitation, pas toujours facile de savoir si c’est oui ou non. Lis la suite, on t’explique ce que tu dois retenir*.

Qu’est-ce que le consentement sexuel ?

C’est l’acception ou le refus d’une relation intime. Cela concerne les baisers, les caresses, les relations sexuelles. Le consentement doit être explicite et n’est valable uniquement au moment où il est donné (une fois donc) car les envies peuvent évoluer. Il implique que chacun exprime ses désirs et respecte ceux de l’autre. Tu peux aussi expliquer que tu ne sais pas, que tu as peur, que tu veux bien essayer et stopper si cela ne te plait pas. Car tu as le droit de dire oui puis finalement de refuser, quel que soit le moment ou la raison. C’est avant tout une question de communication, d’écoute et de respect mutuel.

Les rapports intimes : un moment de partage et de plaisir pour chacun

Une relation entre deux personnes mineures (ou majeures quel que soit leur sexe)doit permettre à chaque partenaire de se sentir bien et de s’épanouir. Et les rapports sexuels se vivent de la même manière : pas sous la violence, ni la menace, ni la contrainte, ni même la surprise. Il n’est pas question d’imposer à l’autre quelque chose dont il n’a pas envie. Avec ou sans sentiments amoureux, la sexualité doit se vivre dans le respect de son/sa partenaire.

Tu dois aussi savoir que prendre du plaisir est possible sans pénétration. C’est pourquoi il est si important d’en discuter !

Visuel de la campagne “OK ou pas OK” à destination des adolescents
Visuel de la campagne “OK ou pas OK” à destination des adolescents / Santé Publique France

Découvre quelques mises en situation pour exprimer ton accord ou ton refus

Dans le feu de l’action, il n’est pas toujours évident de dire avec des mots ce que l’on veut faire et faire comprendre à l’autre s’il peut continuer, aller plus loin ou s’il doit s’arrêter. Pour exprimer ton consentement sexuel, vous pouvez définir un code entre vous : vous décidez par exemple de dire  « oui /non»,« ok /pas ok » ou « j’aime / j’aime pas ». Le consentement peut aussi être défini par un pouce en l’air / un pouce en bas pour donner ton approbation ou refus.

Mais retiens : une réponse floue ou qu’un « oui » obtenu sous la contrainte, menace ou la violence n’équivaut pas à donner son consentement !

Des structures pour parler librement de sexualité

Pas facile de parler de sexualité avec sa famille quand on est adolescent ou jeune adulte… Sache que des endroits existent partout en France où trouver des professionnels  qui t’écouteront sans te juger. Ils pourront discuter, te conseiller, te proposer une contraception, des préservatifs, un suivi médical.

Parmi eux, tu peux contacter :

  • Un centre de planification (CPEF) : il y en a un dans chaque département ;
    • Le Fil Santé Jeunes : un numéro gratuit et anonyme (0800 235 236). 

Mais n’oublie jamais que le préservatif et la contraception sont essentiels pour être vraiment zen Si tu souhaites avoir des relations sexuelles !


Source :

Onsexprime.fr. (page consultée le 28/01/2020). Site édité par Santé publique France sous la tutelle du Ministère de la Santé. https://www.onsexprime.fr/Sexe-Droits/Le-consentement/Comprendre-le-consentement