Calendrier vaccinal : quel vaccin à quel âge pour bébé et l’enfant ?


C’est une question de santé publique et un droit fondamental. Chaque enfant doit pouvoir grandir correctement et être en bonne santé. Parce qu’il est en plein développement, l’organisme du nourrisson, du bébé et du jeune enfant peut être confronté à des risques d’infections. C’est la raison pour laquelle le calendrier vaccinal a été mis en place. Cette politique de vaccination en France a été établie par le Ministère de la Santé. Elle permet d’assurer une couverture vaccinale suffisante en se protégeant collectivement contre des maladies infectieuses graves, voire parfois mortelles pour les plus petits. Mais alors : quel vaccin à quel âge ? Quand prévoir les rappels des vaccins ? Comment se souvenir des dates ou âges pour être à jour ?

L’importance de la vaccination : assurer le bon développement psychomoteur de l’enfant

Le vaccin est nécessaire pour aider l’organisme à bien réagir face à ces différentes maladies. En effet, le bébé reçoit une faible dose de bactérie ou de virus. Ses globules blancs sauront alors comment contre-attaquer et comment se défendre. Ainsi, son organisme pourra produire les anticorps nécessaires et saura reconnaitre un début d’infection en fonction du vaccin qu’il a reçu. Ce geste fait partie des pratiques essentielles pour la santé de l’enfant. C’est pourquoi il est si important de suivre le calendrier vaccinal et d’être à jour.

Protéger son petit des infections, bactéries et virus, c’est aussi lui assurer un bon développement psychomoteur et une croissance normale. Le faire vacciner est essentiel pour lui permettre de grandir en toute sécurité !

Quels sont les 11 vaccins obligatoires qui figurent dans le nouveau calendrier vaccinal ?

Depuis le 1er janvier 2018, une nouvelle réglementation a été mise en place concernant le calendrier de vaccination des nourrissons, des enfants et des adultes. Auparavant recommandées, 8 injections sont désormais devenues impératives et indispensables, en complément des 3 vaccins obligatoires durant les premières années du nourrisson. Cette disposition a été instaurée dans le nouveau calendrier vaccinal en raison de l’évolution des épidémies, des virus, des connaissances scientifiques pour mieux s’assurer que tous les enfants puissent y avoir accès et être protégés.

Quelles sont les maladies concernées ?

Les vaccins protègent efficacement contre les maladies suivantes :

  • La diphtérie : une maladie infectieuse très contagieuse qui peut toucher les voies respiratoires, le cœur et le système nerveux périphérique ;
  • Le tétanos : une infection locale qui cible le système nerveux central et qui peut être très dangereuse ;
  • La poliomyélite : une maladie incurable qui détruit les cellules nerveuses et peut entraîner une paralysie, voire le décès ;
  • La coqueluche : une maladie respiratoire provoquée par une bactérie facilement transmissible. Elle se traduit à travers des quintes de toux prolongées et fréquentes. La maladie n’est pas immunisante : il est possible d’attraper plusieurs fois la coqueluche, d’où l’utilité de faire, au cours de la vie, les rappels recommandés dans le calendrier des vaccinations ;
  • L’hépatite B : une infection du foie souvent inapparente provoquée par un virus appelé VHB provoquant des lésions inflammatoires qui peut conduire à une fibrose. Elle peut se manifester par les symptômes suivants : une jaunisse, des maux de ventre, des nausées et vomissements, de la fièvre ou une grande fatigue ;
  • La rougeole : une infection virale très contagieuse qui se caractérise par une toux, une forte fièvre, une conjonctivite et une rhinopharyngite ;
  • Les oreillons : une maladie virale caractérisée par l’inflammation des glandes salivaires vers l’avant des oreilles ;
  • La rubéole : une infection très contagieuse dûe à un virus, provoquant une éruption cutanée et de la fièvre ;
  • L’Haemophilus influenzae B peut causer d’importantes infections comme la méningite, elle touche surtout les moins de 5 ans ;
  • Le méningocoque C : cette bactérie présente au niveau de la gorge peut causer méningites et septicémies ;
  • Le pneumocoque responsable d’otites, pneumonies et méningites très virulentes.

Le calendrier vaccinal de bébé et de l’enfant : les dates à retenir

Vous vous demandez quand faire les vaccins et quand effectuer les rappels ? Chaque vaccin a sa spécificité et sa périodicité, indiquées dans le calendrier vaccinal.

  • La diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et la coqueluche : une première injection chez le nourrisson vers l’âge de 8 semaines, suivie d’une deuxième à l’âge de 16 semaines et d’un rappel à l’âge de 11 mois. Par la suite, il sera nécessaire de faire des rappels vers 6 ans et entre 11 à 13 ans. La vaccination contre la coqueluche est également recommandée pour l’entourage des nourrissons de moins de 6 mois ;
  • La rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) : une dose à 1 an et une autre dose entre 16 et 18 mois. Pour la rougeole en particulier, il est important de faire une vaccination dans les 72 heures qui suivent le contact surtout si votre bébé a entre 6 et 11 mois.
  • L’Haemophilus influenzae de type B, l’hépatite B et le pneumocoque : une injection à 8 semaines et une autre à 16 semaines avec un rappel à 11 mois. Pour l’Haemophilus en particulier, un rattrapage vaccinal doit être fait jusqu’à l’âge de 5 ans dont deux doses entre 6 et 12 mois, suivi d’un rappel dans la même période pour finir avec une dose entre 1 et 5 ans. Pour le pneumocoque, trois injections sont prévues pour les prématurés et les nourrissons ayant un risque élevé d’infection pulmonaire.
  • Le méningocoque C : une dose à 20 semaines suivie d’un rappel à 1 an avec un intervalle minimum de 24 semaines. Le médecin peut co-administrer cette deuxième dose avec le ROR. Enfin, les enfants de plus de 1 an peuvent recevoir une dose unique.

Généralement, la prévention se fait en deux injections espacées de 8 semaines suivies d’une autre injection après environ 7 mois.

Le calendrier vaccinal : un document officiel en libre accès

Le calendrier vaccinal permet de savoir quand faire vacciner bébé ainsi que les injections de rappel. C’est un document en libre accès et téléchargeable depuis le site du ministère de la Santé. Les instances de santé publique mettent à jour cette documentation une fois par an. Les recommandations vaccinales changent en raison de l’évolution des maladies, des risques épidémiques et des avancées de la recherche médicale.

Vous vous demandez si votre enfant est à jour dans ses vaccins ? Comparez son carnet de vaccination avec les éléments présents dans le calendrier vaccinal. N’hésitez pas à consulter le site vaccination-info-service.fr pour être au courant du calendrier vaccinal en cours. Vous pouvez également suivre les campagnes d’informations dans les médias pour connaitre les nouvelles dispositions concernant la prévention des maladies.

Que faire en cas de retard sur le calendrier vaccinal ?

Il vaut mieux se faire vacciner en retard que pas du tout. Toutefois, il est tout aussi important de respecter les délais pour une plus grande efficacité des injections. Souvenez-vous : les injections de rappel permettent de prolonger l’immunité de ces derniers. Il est alors important de respecter les dates qui figurent sur le calendrier vaccinal. N’hésitez pas à prendre rendez-vous avec un pédiatre ou un médecin sans attendre si vous apercevez du retard.


Sources :

Vaccination info service [Site internet]. Saint-Maurice : Santé publique France, 2021. En ligne : https://vaccination-info-service.fr/