Cyber-harcèlement : comment réagir ?


Le cyber-harcèlement est une forme d’agression qui se concrétise par la réception répétée de messages (anonymes ou non) par SMS ou sur Internet.

Ces messages tournent généralement autour de la menace, de l’intimidation, des insultes ou du chantage et sont parfois accompagnés de mesures d’exclusion à l’école ou autres lieux de socialisation. Parfois, les auteurs de ces messages demandent de l’argent pour que cesse la situation, exigent une rencontre ou la communication d’informations personnelles.

Quelques conseils pour les parents

  • Apprendre à l’enfant à ne pas communiquer son numéro de téléphone à tout va
  • L’informer à titre préventif de ce phénomène, l’inciter à en parler s’il advenait, et éviter qu’il ne participe, de près ou de loin au harcèlement d’un camarade
  • Être attentif à déceler les signes d’un harcèlement : peur d’aller en classe, angoisse face à l’écran, repli sur soi, etc.
Source de l’infographie : Internet sans crainte

En cas de harcèlement

  • Inviter son enfant à parler, sans dramatiser
  • Clairement lui indiquer qu’il n’est en rien coupable
  • L’inciter à ne pas répondre aux messages de ses harceleurs
  • Sauvegarder tous les messages reçus et toutes les preuves numériques du harcèlement (photos, posts, commentaires, e-mails, vidéos etc.)
  • Si les messages arrivent par SMS : changer de numéro ou bloquer les expéditeurs
  • Contacter et prévenir le réseau social de l’enfant (école, clubs sportifs, entourage, etc.)
  • Informer le Fournisseur d’Accès à Internet et/ou l’opérateur mobile
  • Alerter les administrateurs du réseau social concerné (Facebook, Instagram, Twitter, etc.)
  • Si le harcèlement persiste et dans les cas sérieux, la police peut être avertie. A cette fin des «preuves» sont toutefois nécessaires pour que celle-ci puisse mener son enquête. C’est pourquoi vos enfants doivent apprendre à sauvegarder les messages problématiques.

Quels recours en cas de cyber-harcèlement ?

  • Il est possible d’engager une procédure susceptible d’entraîner un blocage des profils ou comptes des agresseurs. Ces mesures sont prévues par de nombreux prestataires de services, parmi lesquels Facebook.
  • Si le harceleur est un élève, il est important d’alerter le personnel éducatif. Une sanction éducative pourra ainsi être décidée au sein de l’établissement scolaire concerné.
  • Bien que le cyber-harcèlement ne soit pas une infraction réprimée en tant que telle par la loi française, le cyber-harceleur est susceptible de voir engager sa responsabilité sur le fondement du droit civil, du droit de la presse ou du code pénal.

Sources :
Agir contre le harcèlement / Ministère de l’Éducation Nationale : https://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/

Le cyberharcèlement / Internet sans crainte : https://www.internetsanscrainte.fr/dossiers/cyberharcelement-2