L’interruption volontaire de grossesse (IVG) : comment ça marche ?


Lorsqu’on se retrouve enceinte, de nombreuses questions se bousculent dans notre tête. Il peut être difficile de trouver les bonnes informations et les bons interlocuteurs pour faire un choix éclairé. Être bien accompagnée et bien renseignée est pourtant primordial dans ce genre de situations. Nous t’aidons à y voir plus clair

Je suis enceinte : que faire ?

Tes règles sont en retard d’au moins une semaine ? Tu as fait un (ou plusieurs) test de grossesse qui s’est avéré positif ? Même si tu utilises un moyen de contraception et même si tu n’as eu qu’un seul rapport, une grossesse reste possible.

Tu dois maintenant prendre un rendez-vous avec un professionnel de santé pour confirmer qu’il s’agit bien d’une grossesse : ton médecin traitant, une sage-femme ou un gynécologue. Tu peux te rendre en cabinet privé, à l’hôpital, ou dans un centre de planification familial. Cette 1ère consultation médicale permettra de confirmer que tu es bien enceinte et surtout de déterminer la date de début de grossesse grâce à une échographie. Des analyses complémentaires te seront également prescrites. Le professionnel de santé t’informera sur les différentes méthodes et les lieux de réalisation de l’IVG, un guide sur l’IVG te sera remis.

Si tu n’es pas sure de vouloir garder ce bébé, un entretien avec une conseillère conjugale et familiale ou une assistante sociale te sera proposé. Il est obligatoire si tu es mineure. Il te permet de discuter librement avec un professionnel et d’obtenir toutes les informations relatives à l’avortement et à ses modalités. C’est aussi l’occasion de pouvoir bénéficier d’un soutien psychologique et d’un accompagnement social. Si tu es mineure, une attestation d’entretien te sera délivrée.

N’hésite pas à en parler aussi avec le père du bébé, il pourra te soutenir lors de ces démarches. La contraception et la grossesse concernent le couple et il est tout à fait possible de partager tes questions, tes doutes, tes craintes avec ton partenaire.

Enfin une 2e consultation médicale est obligatoire pour confirmer par écrit ta demande d’IVG et valider la méthode choisie. Elle peut se faire sans délai particulier.

Quels que soient ton âge, ta situation sociale et financière, ta nationalité, la loi te permet d’interrompre ta grossesse si tu le souhaites. Si tu es mineure, tu peux recourir à une IVG avec ou sans le consentement de tes parents. Il est alors possible de te faire accompagner par la personne majeure de son choix.

Quels sont les délais et les modalités pour une IVG ?

En France, le délai légal pour avorter dépend de la méthode choisie. Deux techniques sont utilisées pour pratiquer l’IVG :

  • l’IVG médicamenteuse : elle est possible jusqu’à la fin de la 7e semaine de grossesse (soit 9 semaines après le début des dernières règles). Elle consiste à prendre 2 types de médicaments à 24h ou 48h d’intervalle. Une visite de contrôle est ensuite nécessaire pour vérifier que la grossesse est bien interrompue. Cette méthode ne nécessite ni anesthésie ni intervention chirurgicale. Elle peut se faire à domicile (jusqu’à la 5e semaine de grossesse) ou dans un établissement de santé.
  • l’IVG chirurgicale ou instrumentale : elle peut être réalisée jusqu’à la 12e semaine de grossesse (soit 14 semaines près le début des dernières règles). Il s’agit d’une intervention d’une dizaine de minutes, qui se déroule sous anesthésie locale ou générale. Elle est obligatoirement pratiquée dans un établissement de santé. Une hospitalisation de quelques heures est en principe suffisante.

Le choix de la méthode t’appartient (si les délais sont respectés) : le professionnel de santé (médecin, sage-femme, gynécologue, etc.) est là pour t’informer et t’accompagner.

En période de crise sanitaire liée à la Covid-19, des mesures exceptionnelles s’appliquent (consultations à distance, allongement des délais pour l’IVG médicamenteuse à domicile à 7 semaines de grossesse, etc.).

Dans tous les cas, il est important que tu sois accompagnée par un proche tout au long du parcours : tes parents ou un autre membre de ta famille, un(e) ami(e), ton amoureux, etc.

Source : Towfiqu barbhuiya /Unsplash

Combien coûte une IVG ?

Quelle que soit la méthode utilisée, les frais relatifs à une IVG sont pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie (l’IVG en elle-même et tous les examens médicaux associés sont remboursés).

De plus, tu n’auras pas à avancer les frais liés à l’IVG si :

  • tu es mineure
  • tu es bénéficiaire de la CMU complémentaire
  • tu bénéficies de l’Aide Médicale d’État (AME).

Et l’anonymat dans tout ça ?

Que l’avortement soit réalisé à l’hôpital, au centre de planification, en centre de santé ou au cabinet médical, la confidentialité des informations te concernant est garantie, d’autant plus si tu es mineure et que tu ne souhaites pas que tes parents soient au courant. Tous les professionnels sont soumis au secret médical. Le décompte de remboursement transmis par l’Assurance Maladie permet de préserver la confidentialité de l’IVG vis à vis de l’entourage.

Qui peut m’aider ?

De nombreuses informations fausses circulent sur l’IVG, relayées notamment sur des sites Internet portés par des mouvements anti-avortement, des forums ou les réseaux sociaux. Pour toute précision sur ce sujet, privilégie les sites officiels ou les professionnels de santé près de chez toi.

Pour retrouver les coordonnées du Centre de planification le plus près de ton domicile, consulte notre page « Structures« , thème « amour et sexualité » en précisant ton département.

Voici quelques sources fiables sur le sujet :

  • le site www.ivg.gouv.fr
  • le numéro anonyme et gratuit 0800 08 11 11 : pour toute question sur la sexualité, la contraception, ou l’IVG (du lundi au samedi de 9h à 20h – 22h le lundi)
  • le site IVG les adresses ivglesadresses.org
  • Le site du Planning Familial planning-familial.org
  • le site de l’Association nationale des centres d’IVG et de contraception avortementancic.net

Après l’IVG

Un moyen de contraception adapté à ta situation te sera prescrit pour éviter de tomber enceinte à nouveau après l’IVG. Si tu es mineure, tu n’as pas besoin de l’autorisation de tes parents pour en bénéficier. Une nouvelle consultation médicale 14 à 21 jours après l’IVG sera planifiée afin de vérifier que tout va bien. Si tu en éprouves le besoin, tu auras la possibilité de revoir la conseillère conjugale et familiale, l’assistante sociale ou le psychologue.

Une IVG ne rend pas stérile et une grossesse peut être envisagée dès le mois suivant. Contrairement à la contraception qui prévient les grossesses, l’IVG intervient lorsqu’une grossesse a déjà démarré. Même si dans la plupart des cas les interventions se passent bien, l’IVG n’est pas une contraception et doit rester exceptionnelle dans la vie d’une femme.


Sources :

Ministère de la Santé. IVG.gouv.fr. Disponible sur https://ivg.gouv.fr/ : (Consulté le 15/07/2021)

REVHO. Questions réponses sur l’IVG. Disponible sur : https://ivglesadresses.org/vos-questions-nos-reponses/

Fil santé jeunes. IVG : les repères qu’il te faut. Disponible sur https://www.filsantejeunes.com/contraception-et-grossesse/grossesse-et-ivg/des-dossiers-sur-grossesse-et-ivg/ivg-les-reperes-quil-te-faut