La diversification alimentaire pour mon bébé lors de sa première année



La diversification alimentaire est une phase qui peut inquiéter certains parents, car on voit son enfant grandir. Il passe du « petit nourrisson », alimenté exclusivement par le lait maternel ou infantile, au stade du bébé qui entre dans le monde des plus grands, en introduisant peu à peu de nouveaux aliments. On s’interroge alors sur la variété de ses menus, les quantités à administrer… N’ayez crainte, on répond à vos plus grandes interrogations !

Source : Ben Kerckx / Pixabay

Quand débuter la diversification alimentaire pour mon bébé ? 

Il est difficile de vous donner une date précise pour entamer les premières étapes de la diversification alimentaire. Comme vous avez pu le constater par vous-même, aucun enfant n’est comparable, chacun avance à son propre rythme. Ces différentes étapes dépendent du développement global de votre enfant.

Néanmoins, les comités d’experts spécialisés en nutrition humaine, de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES), recommandent une introduction précoce, dès l’âge du 5ème mois (soit 4 mois révolus) et avant 6 mois, pour les bébés nés à terme. Ainsi, l’on réduit « le risque éventuel d’obésité, d’infection, de maladie cœliaque et d’allergies alimentaires ». Après 6 mois, le lait seul, qu’il soit maternel ou infantile, ne permet plus de couvrir tous ses besoins nutritionnels. La diversification est alors nécessaire.

Quelle nourriture est adaptée à mon nourrisson ?

En complément de la tétée ou des biberons, vous allez pouvoir faire découvrir à votre bébé une palette pleine de saveurs et de nouvelles textures.

Zoom sur les différents ingrédients 

Les légumes

Les légumes sont les premiers aliments à faire leur apparition dans la phase de diversification alimentaire.

Afin de favoriser l’assimilation des différentes saveurs, il est préférable de ne pas les mélanger et ainsi servir un seul ingrédient cuit par repas, sous la forme d’une purée. Si celle-ci s’avère trop liquide en raison du légume utilisé (comme la courgette), vous pouvez l’agrémenter de pommes de terre, ce qui l’épaissira naturellement, sans dénaturer son goût. La cuisson peut se réaliser à l’eau ou à la vapeur. L’ajout de sel est à éviter. N’hésitez pas à ajouter après cuisson des épices et une cuillère à café d’huile ou 1 noisette de beurre au repas (dès le 7ème mois).

Les fruits

Selon Mpedia, le site de l’Association Française de Pédiatrie Ambulatoire (Afpa) destiné au grand public, il vaudrait mieux attendre deux semaines après la venue des légumes, pour commencer les fruits. Votre bébé « risque de se désintéresser des légumes si l’on commence par les compotes de fruits», car le sucre activera le système de récompenses. Celui-ci pourrait alors refuser les légumes, préférant le goût sucré des fruits. 

Comme pour les légumes, vous devez proposer un unique fruit par jour, cuisiné en compote, sans sucre ajouté. Si besoin, ajoutez des pommes ou des poires pour adoucir votre dessert.

Les protéines animales

A partir du 5ème mois, il est possible de goûter aux protéines animales, à savoir le poisson, la viande (ou encore les œufs durs à partir du 7ème mois). 

Concernant la cuisson, la viande et le poisson doivent être non panés et bien cuits, afin d’éviter tous risques microbiologiques.

Les féculents et céréales

Comme on l’a vu précédemment, les pommes de terre peuvent être introduites dès les premières purées en guise d’épaississant. 

Concernant les aliments de type féculents (avec ou sans gluten) tels que les pâtes et le pain, votre chérubin pourra commencer à les apprécier en petites quantités et progressivement à partir du 8ème mois. 

Dans le même temps, dans le biberon de votre bébé, vous pouvez ajouter des céréales, plutôt sans gluten pour une meilleure digestion.

Les produits laitiers

Les yaourts et fromages blancs natures peuvent être introduits à partir du 7ème mois de l’enfant. En revanche, il est déconseillé de commencer par les produits laitiers ou fromages au lait cru.

Le « fait-maison » vs l’industriel

Si vous préparez vous-même les repas, privilégiez les aliments frais, lorsque cela vous est possible. Vous avez un potager ? Vous pouvez en faire bénéficier votre bébé à condition que les cultures aient disposé de peu d’engrais et de pesticides.

Si vous choisissez les petits pots industriels, n’ayez crainte, ceux-ci sont soumis à une réglementation stricte concernant l’usage de ces produits.

Quels sont les aliments à limiter, voire bannir de son alimentation durant la première année ?

Bien nourrir son bébé, c’est veiller à lui apporter des menus variés et équilibrés, afin de lui donner de bonnes habitudes pour les années à venir. Dans cette optique, l’Anses émet certaines recommandations, dont voici un résumé.

Que l’on soit bébé ou adulte, certains aliments sont à limiter. Il serait même préférable d’éviter d’en proposer à votre enfant

Il s’agit : 

  • Des produits sucrés : bonbons, viennoiseries, boissons sucrées, sodas, sirops… ;
  • Des produits salés ;
  • De la charcuterie : à l’exception du jambon blanc découenné. 

Ne vous inquiétez pas, il vous suffit de vous souvenir de la mention sanitaire, intégrée dans les publicités alimentaires « pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé ! ».En bas âge, il convient de bannir la nourriture d’origine animale, qui n’aurait pas été bien cuite telle que la viande rouge peu cuite, les sushis, mais également les fromages au lait cru c’est-à-dire tous les aliments dont le risque infectieux est majeur.

Comment introduire les aliments complémentaires lors de la diversification ?

La présentation des nouveaux aliments

Source : Lisa / Pexels

Lorsque vous entamez la grande étape de la diversification alimentaire, vous devez présenter chaque jour un nouvel aliment pour favoriser la diversité alimentaire et l’acceptation de nouveaux aliments plus tard. 

Si votre petite fille ou petit garçon refuse un aliment, il ne faut pas considérer cela comme un refus définitif et abandonner la partie. En réalité, votre bébé a été décontenancé par cette nouvelle saveur.

Pour qu’il l’apprécie, il faut retenter sa chance plusieurs fois (jusqu’à 8-10 fois !) et sous différentes formes (carrés ou bâtonnets de légumes ou fruits fondants par exemple). N’hésitez pas à le laisser découvrir l’aliment, notamment en lui permettant de manipuler et manger avec ses mains. Patientez quelques jours entre chaque répétition, votre enfant devrait finir par apprécier l’aliment proposé ! 

Aliments, textures et morceaux

Lorsque votre enfant grandit, il est agréable de partager les préparatifs et les repas avec lui. Profitez-en pour nommer les aliments, les formes, les couleurs et les odeurs, cela favorisera également sa découverte de nouveaux aliments et de nouvelles textures. 

Des approches récentes voient le jour pour introduire les aliments à cette étape de la vie de bébé. C’est le cas de la Diversification Menée par l’Enfant (DME), ou alimentation autonome. Le bébé porte de façon autonome les aliments à sa bouche. Celle-ci débute à partir de 6 mois, lorsque l’enfant tient assis tout seul et possède les ressources nécessaires à la déglutition et à la mastication.  Les purées et compotes ne sont plus systématiques, vous pouvez introduire les écrasés de légumes. Ensuite, les aliments pourront lui être donnés en morceaux, d’abord fondants puis plus ou moins durs.

À l’aide de sa petite main, votre bébé saisit ses aliments pour les porter à sa bouche, pendant que vous dégustez également votre propre repas. Il est alors en pleine phase de découverte et gagnera peu à peu en autonomie.  Ces nouvelles découvertes doivent s’effectuer sous la surveillance d’un adulte.

Comment savoir si mon enfant n’a plus faim ? 

En tant que parents, nous nous posons la question de la satiété. Nous avons parfois peur de le mettre au lit en ayant faim. Nous nous demandons s’il a assez mangé.

Ce doute permanent doit être évacué en ayant tout simplement confiance en notre nourrisson. Même s’il ne connaît pas encore tous les rudiments liés à la parole, il sait parfaitement communiquer par les gestes. Ainsi, s’il tourne la tête ou qu’il barre le passage de la petite cuillère, cela indique qu’il n’a plus faim. 

Quel est le bon rythme de repas pour mon bébé ? 

De nombreux experts conseillent de démarrer la diversification alimentaire en prenant un rythme de quatre repas par jour, si possible, à heures fixes.

Cette fréquence est facilement mémorisable puisqu’elle se calque sur notre fréquence : petit-déjeuner, déjeuner, goûter et dîner. Au fur et à mesure, vous allez enraciner ce rituel familial. Si votre bébé réclame entre les repas, veillez à rester tout de même dans cette chronologie. S’il commence à grignoter, il perdra peu à peu ses notions de satiété et ses apports énergétiques deviendront supérieurs à ses besoins réels. N’oubliez pas qu’un enfant qui réclame a peut être simplement soif. Pensez à lui proposer régulièrement un biberon d’eau !


Sources :

Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES). Avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail relatif à l’actualisation des repères alimentaires du PNNS pour les enfants de 0 à 3 ans. Maisons-Alfort ; 2019. Rapport n° 2017-SA-0145. Disponible sur : https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2017SA0145.pdf

Bocquet A (Mpedia). (09/10/2019). Pour des parents bien informés, [en ligne]. https://www.mpedia.fr/art-diversification-alimentaire-4-6-mois/

Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES). Avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail relatif à l’actualisation des repères alimentaires du PNNS pour les enfants de 0 à 3 ans. Maisons-Alfort ; 2019. Rapport n° 2017-SA-0145. Disponible sur : https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2017SA0145.pdf

Manger Bouger. (page consultée le 09/10/2019). Programme National Nutrition Santé, [en ligne].  https://www.mangerbouger.fr/Manger-mieux/Manger-mieux-a-tout-age/Enfants/De-6-mois-a-3-ans/Qu-est-ce-que-la-diversification